L’aval de la gestion des déchets en Corse – un chemin d’innovations ?

La gestion des déchets est non seulement un problème qui rappelle actuellement des carences d’organisation de la Corse, mais il préfigure les charges que la Corse comme les autres territoires doivent assurer à l’avenir.

La seule voie d’avenir est le tri, le recyclage et la diminution en amont des matières non dégradables. Ce sujet avait été déjà présenté par l’association dans un billet précédent, toujours d’actualité : La gestion des déchets reste ouverte

Si l’on considère les craintes justifiées d’augmentation des coûts de traitement des déchets, la partie aval préoccupent les élus d’autant plus qu’il se sentent démunis et pressentent que les économies d’échelle engendrées par les regroupements en communautés de communes ne suffiront pas à répondre à l’enjeu.

L’innovation peut constituer une réponse, si elle amène à casser suffisamment les codes locaux, voire nationaux, car les mêmes enjeux sont partagés par la nation tout entière.

Les principes sont en ligne avec la volonté de responsabiliser les citoyens
– pollueur/payeur
– inciter, valoriser les comportements, les investissements vertueux
– laisser les citoyens trouver des solutions locales et efficaces.

Quels sont les codes à casser ?
– une informatisation plus importante de la relation avec le citoyen

Scénario d’innovation  :  La mairie distribue des sacs poubelles transparents personnalisés à chaque appartement ou maison individuelle. Ces sacs sont transparents identifiés par étiquette RFID. Les détaillants ne peuvent vendre que des sacs poubelles transparents, personnalisés selon les standards, notamment en chargeant l’étiquette RFID. Les familles occupant les appartements d’immeubles ou les maisons individuelles utilisent ces sacs pour empaqueter leurs ordures.

Lors du ramassage, les sacs sont photographiés et identifiés. Un logiciel, utilisant l’intelligence artificielle, repère les sacs non triés et accroît le poids des pénalités pour l’appartement ou la maison individuelle, pour l’ensemble de l’immeuble si la collecte concerne un immeuble entier. Si fréquemment des sacs opaques et non conformes se retrouvent dans les ordures, ils sont considéré comme non triés.

Le camion file à l’usine de recyclage qui peut sélectionner les sacs entre sacs triés et sacs demandant un surcroît de tri. L’information étant acquise à la collecte, cela donne un avantage à l’organisation logistique.

L’incitation provient, lorsque la mairie ou la collectivité locale applique le poids de bon comportement à la contribution fiscale des propriétaires ou locataires occupant les appartements ou les maisons individuelles. Ceux-là verront donc leurs taxes locales diminuer tandis que les mauvais élèves paieront en fin d’année les taxes locales en totalité.

Cela peut aussi être un moyen d’incitation par exemple pour que les immeubles s’équipent de broyeurs ou choisissent plus finement leurs fournisseurs. L’incitation devient un moyen d’associer les acteurs de l’aval au processus.

Gains pour la mairie ou la collectivité : Incite les administrés à donner des ordures triés, permet de faire contribuer l’administré à la modulation du renchérissement de la gestion des ordures ménagères. Il est amené à comprendre davantage la structure de coûts.

Gains pour le client : Des taxes locales optimisés, des indications pour agir utilement sur sa facture

Améliorations : Inciter les immeubles et les maisons individuelles à contribuer à la gestion des ordures, à s’occuper de broyeurs, à développer les services avals pour aider l’ensemble des acteurs, personnes agées, célibataires occupés, etc… à se mettre en conformité.

 

 

 

Auteur de l’article : admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *