Coopérer pour transformer l’économie française

Papier paru dans le cercle des échos le 18 juin 2012

Si la France ne transforme pas en profondeur son économie, la crise financière sonne le démarrage de crises à répétition. Cette transformation ne sera pas le résultat de mesures techniques, mais d’un changement radical d’état d’esprit, de comportement, de savoir-faire de la part de tous les acteurs car les économies du futurs seront des économies de la coopération.

Alors que nous vivons une des crises financières les plus graves de l’histoire qui contamine l’ensemble des activités économiques, nous avons toujours devant nous les murs épais contre lesquels un jour où l’autre notre course aveugle et effrénée à la croissance bonheur va s’écraser : le vieillissement, la santé publique, la dépendance, la pollution. Nos élites emploient une méthode qui semble empruntée à la caserne des pompiers du VIIIème arrondissement de Paris, qui consiste à parer au plus pressé : « faire des économies » ou plutôt limiter les dépenses au strict nécessaire, ce qui entraîne, , malgré tout, des déficits. En effet, au cours de la campagne présidentielle qui vient de s’achever, n’avons-nous pas eu des débats de comptables sur des montants qui compte-tenu des murs qui sont devant nous ne peuvent qu’augmenter, même si la proportion mérite d’être maîtrisée ?

Lire la suite de à proposCoopérer pour transformer l’économie française

Le G20. Pourquoi pas un ratio solvabilité des états tenant compte des risques environnementaux et sociaux ?

Alors que le monde des affaires et du travail ressent encore l’ébranlement de la crise financière, les dirigeants des grands pays de la planète affichent la joie partagée d’avoir évité qu’elle ait pris une ampleur comparable à celle de 1929. Bien qu’un certain nombre de déséquilibres persistent et font craindre le retour de l’inflation, voire […]

Point de vue : Copenhague est derrière nous et le développement durable devant nous…

La croissance de la richesse provient d’une croissance de la production de biens et de services réalisée de 2 manières qui peuvent être combinés : une croissance des outputs due à la croissance des moyens de production, notamment de la population active, et une croissance résultant de gains de productivité, c’est à dire d’une amélioration du savoir-faire local et global de l’industrie. La croissance de la production peut résulter non pas d’une croissance du nombre de biens ou de services produits, mais par une augmentation de la qualité et du niveau de service rendu associés à un bien ou un service, ce qui se traduit par une augmentation de prix. La théorie économie considère que cette production est totalement achetée car correspondant au niveau d’utilité attendu par les consommateurs.

Chaque agent économique essaie à son niveau d’augmenter sa richesse soit en accroissant ses facteurs de production, soit en accroissant sa productivité. La croissance du PIB donne une indication de la répartition de l’accroissement de la richesse. Les économies étant des systèmes complexes, elles n’évoluent pas manière linéaire, mais par à-coups, les crises qui constituent des phases brutales d’adaptation, afin que la condition, « la production est  totalement achetée », reste vraie.

Dans les pays de l’Europe de l’ouest la croissance est molle, est elle est inégalement répartie. La tendance historique est de capter l’accroissement de richesse des agents en produisant des biens et services dont le niveau de qualité s’accroît, ce qui justifie l’accroissement des prix,  bien que depuis peu on voit émerger les modèles d’affaire low-cost qui mises sur la quantité de biens et de services produites.

Lire la suite de à proposPoint de vue : Copenhague est derrière nous et le développement durable devant nous…

La question de la gestion des déchets reste ouverte

Pourquoi faut-il se préoccuper de nos déchets ?

Le seul argument de l’augmentation du volume ne suffit pas bien qu’il y a 15 ans, les tendances  pouvaient paraître alarmantes. En effet, en 11 ans, entre 1995 et 2006, France métropolitaine a vu la quantité de déchet par habitant croître de 16,18%. Si l’on tient compte de l‘accroissement de la population française, on a traité 23,04% de déchets supplémentaires en 2006 par rapport à 1995.

En revanche, le coût des déchets a été multiplié par 3 entre 1990 et 2004.

La nécessité de gérer les déchets est motivée par une population, qui, avec l’élévation du niveau de vie, a des fortes exigences de qualité environnementale :

  • l’expansion des zones résidentielles autour des centres urbains n’aurait pas été possible dans de telles proportions avec les décharges à ciel ouvert. Gérer les déchets contribue au dynamisme économique du bâtiment, accroît la valeur du bâti et, par conséquent, celle du patrimoine de la population.
  • Gérer les déchets permet de maîtriser les impacts sur la santé humaine, en effet, les études médicales confirment les craintes de la population, par exemple, cette étude du Lancet rapportée par caducée.net. Ainsi, gérer les déchets contribue à la maîtrise des coûts de santé et à la productivité des entreprises dont les collaborateurs sont en meilleure santé
  • Gérer les déchets permet de maîtriser les effets polluants à moyen terme sur l’environnement, notamment la perturbation de la chaine alimentaire avec l’accumulation des métaux lourds ou bien la disparition de certaines espèces. Cela contribue à préserver le patrimoine santé de nos enfants et à maîtriser les coûts futur de leur alimentation.

Aujourd’hui tout le monde est convaincu qu’il faut considérer les coûts sociaux générés par l’activité économique et les financer. C’est exactement l’approche du développement durable.

Lire la suite de à proposLa question de la gestion des déchets reste ouverte

Le plan énergétique de la Corse, un plan d’économie assistée ?

L’objectif du le plan énergétique de la Corse (PEC) est de prévoir les moyens humains et financiers devant être mobilisés pour assurer la sécurité de l’approvisionnement électrique de l’ile à moyen et long terme.

crédit : notre-planete.info

Le PEC est un préalable indispensable afin que les acteurs de l’énergie soient en mesure de planifier et programmer la réalisation de nouvelles infrastructures. Venant après l’hiver 2005 qui a connu de fortes coupures, le PEC 2005 devait produire les mesures à mettre en oeuvre pour éviter que cette situation ne se reproduise dans l’avenir.

Est-ce l’objectif est atteint ?

Lire la suite de à proposLe plan énergétique de la Corse, un plan d’économie assistée ?

La Corse une ile remplie d’espérances ?

icon_preknowledgeJ’avais dans un billet précédent fait un tour d’horizon de l’économie corse qui, en synthèse, concluait que, bien qu’elle soit en croissance, ses supports sont fragiles car menacés. L’économie corse est plutôt une économie en phase de rattrapage à croissance faible, plutôt qu’une économie mature à croissance forte.

La mobilisation de ressources financières ne suffit pas, – les résultats du PEI l’ont montré – il faut créer une dynamique, de type cercle vertueux, qui pousse les hommes à évoluer dans leurs savoirs, leurs compétences, leurs organisations afin d’utiliser au mieux les ressources. En effet, sans les hommes rien de peut survenir.

L’objet de ce billet est d’adopter un point de vue stratégique :

  • analyse des échanges avec l’extérieur
  • analyse du Marché intérieur
  • Force et Faiblesses
  • Pistes stratégiques

Lire la suite de à proposLa Corse une ile remplie d’espérances ?

Le développement durable un enjeu du présent et de l’avenir

Bien que devenu un champ d’activités complexes, le projet du développement durable peut être résumé par la phrase «[C’est] Un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.»

Il s’appuie sur 3 piliers majeurs – le Social, l’environnement et l’économie qui s’autoalimentent l’un, l’autre. Il a pour objectif un développement maîtrisé des sociétés humaines en apportant bien-être et justice sociale.

Dans un contexte de changement climatique, de menaces sur la biodiversité, de mondialisation qui est ressentie comme une oppression par une partie des acteurs, c’est un chemin qui s’avère difficile non seulement pour répondre de manière satisfaisantes à ces enjeux, mais également pour conserver l’équilibre entre développement économique, bien être social et préservation de l’environnement.

D’ailleurs, certains parlent de durabilité faible qui est un développement durable au mieux, même si les objectifs de certains piliers ne sont pas atteints, par opposition à la durabilité forte qui exige la réalisation de l’ensemble des objectifs.

Le champ d’action du développement durable inclut le domaine de la production de l »énergie, de la maîtrise des déchets, de la construction d’habitats en harmonie avec l’environnement, mais pas seulement, il a déjà envahit l’industrie automobile avec la voiture électrique, les moteurs à faible consommation de carburant, la recyvclabilité des véhicules. Il a également envahit l’industrie électronique avec des puces moins consommatrices d’energie et davantage recyclable. Mais encore l’industrie chimique, l’industrie agroalimentaire,… en y regardant de plus près, le developpement durable affecte l’ensemble des industries.
Lire la suite de à proposLe développement durable un enjeu du présent et de l’avenir

La Corse : le point de vue de l’économiste est nécessairement limité

icon_preknowledgeLa croissance, le fondement de l’analyse économique moderne

Pour les économistes, telle Nadine Levratto, le régime de croissance est le régime de fonctionnement optimal d’une économie. Toute la difficulté est de trouver et de garder un sentier de croissance équilibré. Une croissance qui maintient ou améliore le taux d’accumulation du capital est fondée sur des gains de productivité, alors qu’elle pourrait être simplement que le résultat d’un accroissement de la population active sans efficacité supplémentaire.

La croissance qui traduit une plus grande efficacité de l’économie, attire les capitaux qui permettent de financer l’innovation qui, en retour, contribue à développer davantage d’efficacité. C’est le concept de cercle vertueux.

Cependant lorsque le taux de croissance est insuffisant, en deçà d’un certain seuil, le retour sur investissement n’est pas assez élevé pour attirer les capitaux, le cercle vertueux ne peut pas s’enclencher, c’est la trappe de pauvreté.

En 1972, le Rapport Meadows commandé par le Club de Rome, intitulé « Limits to Growth » ou « Halte à la croissance », sur la base d’un modèle théorique, a étudié les impacts de l’évolution de l’économie mondiale sur les conditions de vie, définies par la qualité de l’alimentation et le niveau de production industrielle.

Lire la suite de à proposLa Corse : le point de vue de l’économiste est nécessairement limité

La capital naturel

icon_preknowledgeLa notion de capital naturel, proprement économique, est à la base de l’idée de développement durable qui, aujourd’hui, se diffuse partout sur la planète à travers les pratiques managériales des entreprises mais aussi au sein des programmes politiques comme choix de société.

Ce billet fait le point sur cette notion et sur ses relations avec la préservation de l’environnement.

Lire la suite de à proposLa capital naturel